Un budget « contraint », tourné vers l’innovation

Un budget « contraint », tourné vers l’innovation

Un budget « contraint », tourné vers l’innovation 5.00/5 (100.00%) 1 vote

Un  rapport d’audit a confirmé les dérives financières de l’ex-Poitou-Charentes (JDP n° 129), mais aussi que la Région présente globalement des « ratios performants » et se place parmi « les meilleures de France ». Alain Rousset, Président de la nouvelle région ALPC, a confirmé couvrir les engagements financiers de l’ancien territoire, mais aussi sa volonté d’assainir les comptes et de trancher dans les politiques.

Avec 2,817 Mds €, le budget primitif 2016 se montre contraint et les dotations de l’Etat baissent de 40 M€. Il augmente de 4,8 % à périmètre identique. La section de fonctionnement progresse ainsi de 113 M€ (+7,6 %) et la section d’investissement de 3 M€ (+0,3%). En effet, 197 M€ sont utilisés pour résorber les retards de paiement et rééquilibrer certains budgets de l’ex-Poitou-Charentes. L’effort propre de la Région n’est cependant que de 99 M€, dont 18 M€ concernent des augmentations de dépenses difficilement compressibles. Le recours à l’emprunt augmente de 28,5 % par rapport au montant cumulé 2015.

Alain Rousset déclare enclencher une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Il entend stabiliser l’épargne brute au-dessus de 20 % (elle est de 10,6 % en 2016 contre 19 % en 2015), maintenir la part de l’investissement au-dessus de 35 % (36,6 % en 2016) et contenir la capacité de désendettement à 7 années maximum à l’horizon 2020.

 

Répartition des principaux postes de dépenses
Formation professionnelle et apprentissage : 22,2 %
Enseignement 21,9 %
Transport 19,5 %
Action économique 10,1 %
Services généraux 8,2 %
Aménagement des territoires 4,0 %
Culture, sports et loisirs  3,6 %

 

Côté fiscalité, la taxe sur les carburants (2,5 centimes par litre) est étendue au Poitou-Charentes, soit 46 M€ de recettes en année pleine.

L’innovation soutenue

Les priorités affichées sont l’innovation, la R&D et la compétitivité (Usine du Futur, Région Start-Up, voir n° 129), l’accès au financement en fonds propres pour toutes les entreprises « depuis la création d’activités artisanales ou d’ESS jusqu’aux levées de fonds des ETI ou des start-up », la formation des salariés et demandeurs d’emploi et le développement des activités économiques en milieu rural, via la réorientation de la bourse régionale Désir d’entreprendre (BRDE) de l’ex-Poitou-Charentes. Il s’agit aussi de réduire les écarts territoriaux dans la mesure où les créations nettes d’emplois se sont concentrées sur le littoral au détriment de territoires comme les zones d’Angoulême, Guéret et Châtellerault. L’investissement pour l’accompagnement des entreprises progresse de 15 %. Le budget formation professionnelle passe de 191 M€ à 287 M€, dans un contexte de déploiement de plan étatique. Le ferroviaire et les routes font l’objet d’investissements importants, particulièrement dans les Charentes et en Limousin.

Un fonds d’investissement technologique public-privé de plus de 200 M€ est attendu, de même qu’un Prix cobotique (interactions entre opérateurs humains et systèmes robotiques) pour les artisans et PME, les Chambres des métiers et de l’artisanat et Aquitaine Robotics.

S’agissant de la rénovation énergétique, la Région a mis fin au « Plan isolation 10 000 toitures » du Poitou-Charentes et à « Energie Habitat + » qui existait en Limousin. Elle promet « un nouveau dispositif régional » consacré à la rénovation énergétique. Il ne s’appuiera pas sur de la subvention directe mais reposera sur des avances par un tiers financeur et proposera un accompagnement et conseil aux particuliers. Il est opérationnel depuis peu en Poitou-Charentes, à travers l’Agence Régionale pour les Travaux d’Economie d’Energie (ARTEE) et sera ouvert très prochainement au Limousin. Après évaluation, il sera étendu à la grande région.

Le numérique figure parmi les priorités. Pour permettre à chacun de travailler avec des moyens modernes dans un lieu proche de son domicile, la Région affiche un objectif de 300 tiers-lieux (espaces de coworking, de télétravail, fablabs) d’ici 2020, contre 100 aujourd’hui. Un appel à manifestation d’intérêt est lancé. Il en est de même en matière de « e-santé » et d’accès aux soins. D’importants investissements sont réalisés pour le très haut débit.

La culture demeure une priorité

Côté culture, l’annulation du festival « Nuits Romanes » a été assortie d’un fonds d’accompagnement. Les industries créatives et culturelles restent une priorité régionale et le budget culture a été maintenu (68 M€), avec 398 festivals et manifestations aidés, ainsi que 242 équipes artistiques. Avec 9 films sélectionnés à Cannes, la Région est 1re de France. Elle est en négociation pour augmenter sa participation dans le pôle « image » Magelis d’Angoulême.

 

Laurent Kaczmarek

 

Principales sources utilisées :

Communiqués de presse

Réagir à cet article

comment-avatar

*