LE CESER, ACTEUR LÉGITIME DE LA VIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE
Dominique Chevillon, nouveau président du CESER

LE CESER, ACTEUR LÉGITIME DE LA VIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

 

Le Journal des Professionnels a rencontré Dominique Chevillon, nouveau président – depuis le 23 janvier 2018 – du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) Nouvelle Aquitaine, assemblée consultative composée d’acteurs économiques et sociaux représentatifs de la société civile.

JDP : Que sont les CESER ?

Dominique Chevillon : Les Conseils économiques et sociaux ont été créés par le Général de Gaulle et sont inscrits dans la Loi. Leur légitimité vient aussi de leur composition, leurs membres sont issus d’organisations désignées par le Préfet de Région. Seconde assemblée de la Région, le CESER assume un rôle consultatif auprès du Conseil régional. Il examine le budget à toutes ses étapes et les différents documents de planification en amont de leur adoption et répond aux demandes d’avis et d’études du Président du Conseil régional. Conformément à la loi NOTRe, il a vu se renforcer depuis 2016 sa capacité à contribuer à des évaluations et à un suivi des politiques publiques régionales. Riche de la grande diversité de ses membres et des structures de la société civile organisée qui y sont représentées, il réalise et diffuse des avis, contributions et rapports destinés à éclairer la décision des acteurs publics et socio-professionnels.

Comment est composé le CESER NA ?

Le CESER Nouvelle-Aquitaine a été installé par le Préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, Didier Lallement, le 23 janvier 2018. La nouvelle assemblée socio-professionnelle compte désormais 180 membres (contre 266 lors de la mandature de transition ouverte en janvier 2016 par la fusion des trois anciens CESER). Ces conseillers, désignés pour six ans, sont répartis en quatre collèges :

 

• 58 représentants des « entreprises et activités professionnelles non salariées » ;

• 58 des « organisations syndicales de salariés les plus représentatives » ;

• 58 des « organismes et associations participant à la vie collective de la région » ;

• 6 « personnalités qualifiées ».

 

Cette nouvelle assemblée est marquée par un profond renouvellement puisque plus de 53 % de ses membres ne siégeaient pas dans l’ancien CESER. Conformément à la règlementation, la parité s’affirme faisant passer le pourcentage de femmes de 31 % en 2017 à 48 % en 2018 et un rajeunissement a été opéré. La moyenne d’âge passe de 59 à 54 ans en début de mandature.

Quelle empreinte comptez-vous donner à cette nouvelle Assemblée ?

Notre Assemblée a décidé, dès février 2018, de réfléchir sur nos fonctionnements internes pour être plus efficace, mais également sur notre rôle et notre contribution à la société que ce soit vis-à-vis de la Région à laquelle nous appartenons ou que ce soit vis-à-vis de la société civile dans son ensemble. La loi et les règlements nous fixent certes un cadre (nos obligations), mais leur interprétation offre aussi à notre Conseil Économique, Social et Environnemental un espace de liberté pour faire des propositions sur le développement de notre région, le bien-être de ses habitants.

Ce d’autant plus que sur le temps long, celui du CESER, notre société sent bien qu’elle va connaître de nouvelles et profondes évolutions. Qu’elles soient technologiques, économiques, sociales ou environnementales.

La réflexion lancée s’est matérialisée opérationnellement par un questionnaire ouvert à l’ensemble des conseillers, la réalisation d’un diagnostic des atouts/faiblesses, opportunités/ menaces, de notre Institution, un séminaire de Bureau en mai et enfin un séminaire de l’Assemblée plénière en juillet. Après des travaux en ateliers, de nombreux débats, c’est le projet d’un CESER plus inventif et plus ouvert sur la société qui est souhaité. Nous avons pendant l’été écrit Notre Projet à partir des matériaux et idées recueillis au cours de ces travaux collectifs. Rendez-vous est pris en ce mois d’octobre pour adopter Notre Projet du CESER !

Un CESER pertinent, inventif, à l’écoute renforcée de notre Région, attentif aux évolutions futures de notre société, un CESER contributeur ! Un CESER que nous co-construisons tous ensemble. Pragmatisme et prospective tout à la fois pour une analyse critique et des propositions concrètes, voilà notre feuille de route.

Vous avez émis plusieurs avis et apporté plusieurs contributions lors de la séance plénière de juin 2018, quels sont les plus emblématiques ?

Oui ce sont pas moins de douze avis et contributions qui ont été adoptés à la session plénière de juin sur des sujets engageant l’avenir de notre région tels le schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (le SRADDET), la gestion foncière, la gestion de l’eau, le logement… Un véritable défi relevé par notre Conseil sur une journée !

Les sujets économiques tiennent une part importante dans nos réflexions : par exemple sous le titre « le tourisme en Nouvelle-Aquitaine, durable et solidaire : le difficile équilibre » nous avons identifié les conditions de réussite du Schéma Régional du Tourisme et des Loisirs. Ou encore avons-nous insisté sur une approche de la « silver économie » qui fasse de la place à l’humain, et privilégie un développement économique d’utilité sociale….

Mission accomplie par les conseillers, dont faut-il le rappeler, 54% d’entre eux n’ont que quelques mois d’expérience au CESER. Chacun a apporté son expertise, échangé, construit des avis qui reflètent une appréciation essentielle : celle de la société civile, expression de l’intérêt général qui peut exprimer parfois des positions divergentes comme, par exemple, sur le difficile et passionné dossier de l’eau ! Il s’agit d’un véritable enjeu collectif pour chacun d’entre nous que d’apprendre à travailler tous ensemble.

Le CESER en séance plénière le 23 janvier 2018

Le CESER en séance plénière le 23 janvier 2018 (© CESER Nouvelle-Aquitaine)

Quels sont les sujets de réflexion qui vont vous occuper dans les mois à venir ?

C’est un programme de travail très riche qui nous attend. Le CESER est en effet sollicité par le Président du Conseil régional sur quatre sujets majeurs qui conditionnent l’avenir des territoires et des habitants de Nouvelle-Aquitaine.

En premier lieu, le changement climatique et les moyens d’atteindre l’objectif zéro émission de gaz à effet de serre… L’enjeu est planétaire, mais l’action et la mobilisation passeront par les territoires, par le terrain, par les habitants. La collectivité régionale dispose de leviers d’actions pour orienter les choix énergétiques, les déplacements, l’agriculture, l’habitat, les déchets, la préservation de la biodiversité…

Deuxième sujet, la gestion foncière et la surconsommation d’espaces naturels, agricoles ou forestiers et de leurs richesses biologique et écologique. Le Conseil régional Nouvelle-Aquitaine a affiché l’objectif ambitieux de réduire de moitié le rythme de consommation foncière dans la région ; il nous interroge sur les moyens de concrétiser cet objectif !

En lien avec ce travail, la question de la métropolisation et de la concentration des activités et des personnes nous est également posée : la concentration est-elle vertueuse, quels sont les enjeux, comment faire en sorte que l’aire métropolitaine bordelaise et les territoires excentrés puissent connaître des perspectives d’évolution les plus favorables possibles ?

Le quatrième sujet concerne la mer, le littoral et les activités qui s’y développent. Qu’est-ce qu’une économie de la mer « durable » (économiquement viable, socialement équitable, écologiquement vivable, avec une gouvernance éthique et efficace, et tenant compte du long terme), et comment la mettre en oeuvre en Nouvelle-Aquitaine ? La problématique sera étendue et complétée par le lancement d’un nouveau travail des CESER de l’Atlantique sur les dynamiques de développement des régions et des territoires de la façade atlantique.

Au-delà de ces travaux « sur commande » le CESER abordera également la question des pratiques amateurs, de l’orientation tout au long de la vie, de l’évaluation des politiques publiques.

A ceux qui douteraient de l’audience du CESER et de l’utilité de ses rapports, qu’avez-vous envie de dire ?

Nous sommes par définition sur un temps long, celui de la prospective, contrairement aux politiques qui subissent la dictature du temps court et des élections. Nous voulons imaginer la Région dans laquelle nous aimerions vivre dans 25 ans, aux plans économique, social et environnemental. Ce qui ne nous empêche pas d’être pragmatiques. Nous sommes tous, dans nos domaines, en prise avec le quotidien de la vie d’une Entreprise, d’un Syndicat, d’une Association et avec les problématiques qui se posent sur le terrain. La finalité du CESER est de faire participer une représentation de la société civile à la vie politique du pays… Les élus locaux sont souvent présents, aux côtés des autres acteurs de la vie du territoire, lors des conférences que nous donnons, au cours desquelles nous présentons la substance de nos rapports. Ainsi ceux portant sur les enjeux du foncier pour les activités du littoral atlantique, sur la qualité des eaux littorales en NA ou encore sur les enjeux sociaux et économiques des territoires littoraux, entre attractivité et vulnérabilité, ont-ils été largement relayés, y compris par les médias régionaux.

 

Votre mot de la fin ?

Entre force d’analyse, de proposition et contrepoids, notre rôle est essentiel. Je suis très fier d’avoir été élu président de cette institution, et j’espère apporter pragmatisme, propositions de qualité et avis, sans langue de bois. Homme d’Entreprise pendant 44 ans, je suis aussi fort de mes engagements associatifs locaux et nationaux, dans les domaines sportifs et environnementaux. Mon objectif est que nous soyons perçus non pas comme une assemblée de notables, mais de « sachants » ancrés dans la réalité du terrain, dont les réflexions aident à prendre les bonnes décisions…

 

Propos recueillis par Nathalie Vauchez

Un président tout juste élu, aux compétences aguerries, à la fois en matière économique, sociale et environnementale

Un président tout juste élu, aux compétences aguerries, à la fois en matière économique, sociale et environnementale

Réagir à cet article

comment-avatar

*