Chez Savin, rien ne se perd, tout se transforme

Le moins que l’on puisse dire est que la protection de l’environnement est une notion qui tient à cœur à Dominique et Xavier Savin, les deux gérants de la société éponyme. Au sein de cette entreprise plus que centenaire, elle a vu le jour en 1825, tous les déchets sont triés, recyclés voire valorisés. Spécialisée dans la menuiserie, les charpentes en bois et les travaux d’ébénisterie, la PME de Courlay (Deux-Sèvres) arrive à trier environ 10 tonnes de matériaux par an. « La sciure, les déchets de bois sont compactés avant de servir pour chauffer les ateliers ainsi que trois habitations. Les cartons sont stockés et donnés à une association humanitaire qui ensuite les revend, enfin les plastiques sont proposés à l’Adapei qui les recycle », énumère avec soin Dominique Savin.

Cette démarche a été mise en place au sein de la société depuis plusieurs années, mais elle ne cesse de s’enrichir et d’évoluer. « Désormais, nous utilisons principalement des vernis à l’eau qui ne polluent pas. Les diluants toxiques, eux, sont envoyés dans des usines de ciments. Ils s’en servent pour chauffer leurs fours. Actuellement, nous travaillons sur la mise en place d’une collecte des déchets mutualisée pour les adhérents de notre coopérative, Acem 79. Nous espérons la lancer sur le département des Deux-Sèvres dans le courant de l’année prochaine avant de l’étendre à toute la France ». Si l’ensemble de la démarche fait désormais partie du fonctionnement de la menuiserie qui emploie 13 personnes, Dominique Savin ne cache pas qu’elle a un coût. « Lorsque les salariés trient, ils ne produisent pas » constate-t-il tout en affirmant que cette politique n’est possible que grâce « à l’engagement de tout le personnel ».

 

Jean-Sébastien Thomas

 

Réagir à cet article

comment-avatar

*