Création d’entreprises et attractivité : le dynamisme de la Nouvelle-Aquitaine

 

Première région (hors Ile-de-France) pour la création d’entreprises avec 49 817 sociétés créées en 2017, la Nouvelle-Aquitaine enregistre une progression de +8.1% par rapport à 2016. Les chiffres de l’INSEE et de la Banque de France mettent en lumière le dynamisme d’une région qui devient la quatrième région pour son dynamisme industriel ; avec + 8%, elle dépasse la progression nationale de 6 points. Si les créations d’entreprises classiques restent très majoritaires avec près de 7 créations sur 10, les micro-entreprises ne sont pas en reste avec près du tiers des créations (17 403 nouvelles immatriculations en 2017). Confirmant cette dynamique, l’attrait de la région Nouvelle-Aquitaine hors de ses frontières ne se dément pas, selon les chiffres de l’observatoire de l’attractivité 2017 publié par l’Agence de Développement et d’innovation de Nouvelle Aquitaine. 305 projets d’investissements exogènes français et étrangers ont été comptabilisés en 2017 créant 6 546 emplois à 3 ans (+69 % vs 2016). A noter particulièrement : 13 projets de plus de 100 emplois chacun génèrent à eux-seuls un tiers des emplois créés. La part des projets étrangers augmentent faisant du territoire, la 5ème région d’accueil des investissements étrangers. Premier investisseur en nombre d’opérations, l’Allemagne, et en nombre d’emplois créés, l’Espagne. C’est le numérique qui tire les investissements (14% des projets pour 22% des emplois) devant la logistique, le commerce, les matériels aéronautiques et l’ingénierie. Ces investissements profitent à tous les territoires proportionnellement à leur poids économique : dix départements sur douze ont bénéficié de la croissance du nombre de projets ou d’emplois. Si la Gironde est en tête du palmarès, elle est en retrait au profit des Pyrénées-Atlantiques, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres. Les projets étrangers, par nature plus industriels, se répartissent de manière plus équitable sur l’ensemble du territoire.

Nathalie Michel

Réagir à cet article

comment-avatar

*