Economie sociale et solidaire

Initiative Catering : la conserverie mobile toujours sous pression

Le conseil régional Nouvel Aquitaine a récemment apporté son soutien au projet de conserverie mobile imaginé par l’association rochelaise Initiative Catering. « Entre 2015 et 2016, nous avons mené une expérimentation auprès des épiceries solidaires de Surgères et de Rochefort dans le but d’imaginer de nouveaux modes d’approvisionnement pour l’aide alimentaire dans un contexte de lutte contre le gaspillage », rappelle Camille Ruiz, chargée de développement au sein de l’association. « Dans ce cadre, nous avons mis à profit notre expérience à la conserverie de Coulon pour envisager de transformer les surplus des distributions. Malheureusement, nous nous sommes vite heurtées aux impératifs sanitaires et à l’obligation de mettre aux normes ces espaces pour pouvoir y faire de la transformation en vue de redistribuer les produits ».

À la recherche de partenaires financiers

De là est née l’idée d’une conserverie mobile. Installé dans un camion itinérant rayonnant sur la Charente-Maritime, l’outil permettra de transformer et de valoriser les surplus alimentaires directement auprès des grandes surfaces et des exploitants agricoles. En ce qui concerne la production, une partie des bocaux sera dédiée aux épiceries sociales et l’autre partie vendue au grand public. « Dans ce cadre, nous avons prospecté de potentiels débouchés auprès d’associations de producteurs qui proposeront ces produits dans leurs paniers », explique Camille Ruiz.

Mais, le projet à un coût : 125 000 euros. Malgré une aide de l’Ademe et un apport de la Région à hauteur de plus de 20 000 euros, l’association est aujourd’hui à la recherche d’investisseurs et de partenaires pour finaliser son dossier.

Actuellement, l’association travaille toujours à créer de nouvelles recettes et attend le retour des épiceries solidaires qui font tester à leurs clients les premiers plats concoctés par Initiative Catering. L’autoclave ambulant ne devrait pas voir le jour avant 2018. Cet outil a été imaginé pour fabriquer quelque 70 000 bocaux par an, soit la transformation de 20 tonnes de denrées alimentaires.

 

Jean-Sébastien Thomas

Réagir à cet article

comment-avatar

*