En 23 ans, la recette du succès n’a pas changé
Brigitte Arnaud-Boué, PDG de Goulibeur (86)

En 23 ans, la recette du succès n’a pas changé

En 23 ans, la recette du succès n’a pas changé 4.75/5 (95.00%) 4 votes

 

Brigitte Arnaud-Boué, PDG de Goulibeur

 

Brigitte Arnaud-Boué a conduit son entreprise, Goulibeur, à Poitiers (Vienne) dans le cercle recherché et très prisé des « entreprises du patrimoine vivant ». Cette récompense signe la reconnaissance d’une aventure personnelle et professionnelle qui a commencé en 1976.

 

Quel est le cheminement qui a conduit à cette distinction ?

Jeune bachelière, en 1976, je crée avec un associé, Faprena, entreprise spécialisée dans le tourteau fromager et le broyé du Poitou. En 1980, je continue seule. Quatre ans plus tard, on double la surface du bâtiment, situé alors au marché de gros ; et je cède, à la même époque, le brevet du tourteau fromager à une biscuiterie japonaise. En 1989, je vends la société à un groupe alimentaire. En 1994, je reprends l’activité broyé. C’est la création de Goulibeur, nom du broyé et de l’entreprise.

D’où vient cette recette du broyé ?

C’est la recette de ma grand-mère, Paulette. Les ingrédients (farine, beurre, oeufs, sucre et sel) ainsi que les proportions n’ont pas bougé depuis la création. Je refuse de changer et de céder aux modes. Pour moi, il est important de rester fidèle à cette recette qui fait l’identité de Goulibeur. Ce n’est pas au produit de s’adapter à la technologie, mais celle-ci doit être au service du produit. À titre d’exemple, nous avons commandé un robot pour notre nouvelle ligne d’emballage. Les concepteurs ont sous-estimé la capacité de préhension du robot. En modifiant, même légèrement la recette, il aurait certainement fonctionné. Mais, c’est hors de question. Pour une entreprise qui fabrique un produit très typé, pour rester dans le coup, on a fait le choix d’adapter les formats et les emballages à l’air du temps.

Quels sont les marchés de Goulibeur ?

Nous avons d’abord un marché régional avec la grande distribution sur Poitou-Charentes. Au plan national, nos clients sont les grossistes, les torréfacteurs ainsi que les épiceries fines. Nous sommes également présents dans les paniers cadeaux. Goulibeur est toujours sur les plateaux d’Air France et deux de nos productions vont être proposées en vente à bord sur Joon, la compagnie à bas coût d’Air France. Nous avons également un « petit » à l’export, essentiellement en Europe de l’Ouest continentale.

Cette année a été riche en nouveautés techniques ?

Oui. Nous avons installé une sixième ligne d’emballage, constituée d’un robot qui alimente la partie purement emballage. La seconde opération a porté sur l’agrandissement des locaux. Nous avons récupéré des zones techniques pour renforcer le secteur emballage. C’est ainsi que les archives et le stockage pour l’emballage ont été externalisés. La partie technique a été installée dans un nouveau bâtiment sur notre site. Ces changements importants ont accompagné l’informatisation de la production et de l’emballage.

Le prochain grand chantier qui n’est pas encore programmé consistera dans la création d’une ligne de production pour les petits produits.

Quels sont ces petits produits que vous évoquez ?

Il faut déjà savoir que sous le nom de broyé du Poitou, c’est uniquement ce que nous appelons « tradition » dont le format classique est 380 gr, mais il se décline également en formats plus petits, type galette ou accompagnement pour le café. On retrouve ce « tradition » en différents emballages (boîtes fer ou bois). Nous avons lancé un nouveau broyé dit de « grande Aquitaine » puisqu’il est enrichi de noix du Sud-Ouest. À côté, nous avons différents sablés en sucrés et en salés. Un nouveau produit devrait voir le jour prochainement.

Propos recueillis par Jean-Sébastien Thomas

L’amour de l’art

Quand son travail lui laisse un peu de temps, elle se perd dans les musées et les galeries. À côté des maîtres du quattrocento et de Caravage, la découverte de Zurbaran fut une révélation. Elle s’intéresse également à l’art moderne et aux artistes contemporains dont elle suit le cheminement. Attirée par le calme et la sérénité, son rêve est de parcourir les musées d’Europe à son rythme.

BROYE SORTIE FOUR-web

« Le prochain grand chantier consistera dans la création d’une ligne de production pour les petits produits »

 

QUELQUES CHIFFRES

Goulibeur occupe sur la zone de la République, à Poitiers, 1 600 m2. La société emploie une vingtaine de personnes. L’entreprise artisanale développe quatre recettes sucrées (tradition, citron-gingembre, noix, cacao) et deux salées (fromages de brebis et tomate).

Réagir à cet article

comment-avatar

*