En difficultés structurelles, l’aéroport d’Angoulême-Cognac sera transféré à une régie directe

Le Smac (Syndicat mixte des aéroports de Charente) a annoncé le 2 mai que l’aéroport d’Angoulême-Cognac (ou de Brie-Champniers) serait transféré à une régie directe avec autonomie financière. Cela s’effectuera le 1er janvier prochain, à l’expiration du contrat conclu avec le Canadien SNC Lavalin, repris récemment par la société française Edeis, suite à une cession de la filière aéroportuaire du groupe. La solution de la régie directe s’appuie sur un rapport d’audit et  permettrait une plus grande maîtrise stratégique et de moindres coûts.

L’aéroport nécessité 7,2 M€ d’argent public entre 2012 et 2016. La SNC Lavalin prévoyait d’ouvrir trois lignes commerciales sur la durée du contrat, ce qui n’a pas été fait. La dernière ligne directe vers la Corse a fermé fin 2016.

Le rapport d’audit préconise pour Angoulême une stratégie tournée vers l’aviation d’affaires,  l’aviation générale et les activités annexes comme la formation à la maintenance aéronautique. Les élus semblent vouloir développer les activités actuelles de maintenance (Cats) et de formation des pilotes d’hélicoptères et attirer de nouvelles entreprises.

La Région fera connaître sa politique aéroportuaire dans le courant de l’année.

 

Laurent Kaczmarek

 

Principales sources utilisées :

Communiqués de presse, Actuflux, Charente Libre, Sud Ouest

Réagir à cet article

comment-avatar

*