Fromacoeur, le spécialiste de l’apéro

 

Depuis 2002, l’entreprise d’Antoine Sardin a su se faire une place sur le marché de niche très porteur des produits apéritifs à base de fromage. Elle a commencé par proposer des brochettes de chèvre au saumon. Ce produit à forte marge susceptible de déclencher un achat impulsif a tout de suite convaincu les centrales d’achat nationales des grandes enseignes. Ses billes fourrées à la figue, au miel ou à la tomate ont ensuite remporté le prix de l’innovation du SIAL, Salon International de l’ALimentation, en 2006. Cela a permis à la PME de se faire repérer par l’un des trois géants de l’industrie fromagère : les Fromageries Bel, connues pour leurs marques emblématiques Babybel ou La Vaque qui rit. Ce partenariat a permis de lancer en 2010 les roulés au jambon et au Boursin, représentant 40% de l’activité. Forte de son succès, la production de ce produit est rapidement passée de 250 à 1 000 tonnes.

Pour parer à la saisonnalité de ce type d’apéritif, un quart des ventes est réalisé avec des traiteurs industriels comme Métro ou Picard. Depuis 2015, Fromacoeur s’est lancé à l’export et plus particulièrement aux Etats-Unis. Ce nouveau challenge n’est pas sans contraintes. Plusieurs étapes sont incontournables avant de pouvoir vendre ses produits dans un supermarché américain. Tout d’abord, il est nécessaire d’obtenir l’agrément de la Food and Drug Administration. Les contrôles vétérinaires sont très strictes et l’étiquetage des produits très rigoureux. Le système de calcul pour compléter le tableau des valeurs nutritionnelles et les unités de mesure ne sont pas les mêmes qu’en France. Par ailleurs, les règles sont souvent mises à jour, ce qui demande une veille régulière et beaucoup de temps pour le côté administratif. Des intermédiaires sur place sont également utiles afin de comprendre la supply chain : un représentant légal de la société, un importateur ou encore un grossiste qui permettra la vente des produits à la grande distribution. Une bonne implantation passe aussi par une bonne promotion. Fromacoeur a pu faire un test en 2015 grâce au salon agroalimentaire Fancy Food Show. La société a ainsi obtenu un retour sur ses produits et créer des contacts pour une potentielle commercialisation en magasins. Qui dit nouveau pays dit nouvelle cible. Il est important pour tout nouvel arrivant de s’adapter à la population locale. Les goûts et les habitudes varient d’un territoire à l’autre. Le spécialiste de l’apéro devra donc proposer des fourrages particuliers à ses consommateurs outre-Atlantique. Il prépare actuellement un nouveau projet pour l’hexagone : les fourrés tartiflette et raclette à base de pommes de terre.

Devenu la référence dans l’univers de l’apéritif haut de gamme, Fromacoeur prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros cette année. L’entreprise située à Ruffec emploie déjà 80 salariés et envisage de s’agrandir et d’embaucher.

Emilie H.

Réagir à cet article

comment-avatar

*