L’ARU de secours dépanne les personnes en difficulté

L’ARU de secours, c’est le nom que l’Association Régie Urbaine d’Angoulême (Charente) a choisi pour son garage social et solidaire. Ce dernier va rouvrir sur les cendres d’un ancien garage associatif, Bielle Durit, qui dépendait de l’association Loisirs Formation Mobilité (LFM) liquidée il y a quelques mois. « Nous avons repris l’ensemble du pôle mobilité qui comprenait le garage ainsi qu’une auto-école solidaire que nous avons rebasculée vers une autre association », explique Victor Kerriguy, président de l’ARU. En ce qui concerne le garage associatif, il est opérationnel depuis ce début d’année. « Nous proposerons des réparations mécaniques à tarifs préférentiels aux bénéficiaires des minima sociaux ainsi qu’un service de location de véhicules destiné aux personnes qui ont besoin d’un moyen de locomotion notamment pour aller travailler. Enfin, une fois par semaine, nous ouvrirons le garage aux gens qui souhaitent effectuer eux-mêmes leurs réparations, et ce sans condition de ressource ».

Cette nouvelle activité ajoute une corde supplémentaire à l’arc de l’ARU qui dispose en parallèle d’un pôle maraîchage, nettoyage, espaces verts et de travaux de finition pour le bâtiment. « Nous allons mettre en stand-by le chantier maçonnerie et développer une activité laverie et mobilier urbain ». Aujourd’hui, l’association d’insertion par l’activité économique emploie une vingtaine de salariés permanents et plus de 80 salariés en insertion.

Jean-Sébastien Thomas

Réagir à cet article

comment-avatar

*