Les 7 grandes mutations à venir, selon Pierre Gattaz
Pierre Gattaz. © Laurent Kaczmarek

Les 7 grandes mutations à venir, selon Pierre Gattaz

Pierre Gattaz, Président du Medef, a donné une conférence « Y croire et agir » le 8 décembre à Lagord, dans le nouveau siège du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres. Il avait auparavant visité les entreprises Amel (chantier nautique) et Rhinos (marketing). François Papin, président du Medef 17, a expliqué que le mouvement local est passé de 50 à 150 entreprises adhérentes en un an.

Pour Pierre Gattaz, « la France est un pays extraordinaire », mais on est « des enfants gâtés ». Il faut faire connaître l’entreprise : ce n’est pas Germinal ! Il dénonce l’absence de vision des responsables politique et le fait que « quand on a un problème, on taxe ». Pour lui, le futur Président de la République devra « prendre la seringue du plein emploi », cela doit être son objectif. Il lui faudra la confiance des forces économiques, sinon il n’y aura pas d’investissements. « Il faut que la France soit gérée comme une entreprise », estime-t-il, et donner un sens aux réformes. La simplification juridique devra aussi être une priorité absolue. Pour lui, le texte sur la pénibilité, c’est une catastrophe.

Le patron du Medef explique que « contrainte, contrôle, sanction, taxe, ça ne marche pas ». Cela crée de la méfiance et de la colère. Pour « sortir des 30 piteuses », « il faut un environnement de croissance », des commandes et de la confiance.

Pierre Gattaz a exposé les 7 grandes mutations qu’il anticipe pour 2020-2025, auxquelles il faut s’adapter :

– la mondialisation et la nécessité d’équiper le monde ;

– reconstruire une Europe enthousiasmante, redonner un rêve européen ;

– la mutation industrielle : innovation, usine du futur, ville durable, agro-industrie ;

– les nouvelles technologies et le numérique. « On est très forts », estime-t-il.

– le changement durable, le climat et l’énergie : il y a un énorme marché et des filières d’excellence ;

– favoriser l’audace créatrice et l’entrepreneuriat. Pour lui, « Il y a une mutation dans l’esprit des jeunes ».

– le défi sociétal : vieillissement, employabilité tout au long de la vie, formation, épanouissement des salariés au service de la performance durable.

Pierre Gattaz ajoute qu’il faut débloquer le marché du travail, que l’on ait plus peur d’embaucher. Il évoque un CESU simplifié et une période d’essai longue.

 

Laurent Kaczmarek

 

Pierre Gattaz, Président du Medef et François Papin, Président du Medef de Charente-Maritime

Pierre Gattaz, Président du Medef et François Papin, Président du Medef de Charente-Maritime

 

Réagir à cet article

comment-avatar

*