L’ESAT fait le pari de l’autonomie énergétique

À Vivonne dans la Vienne, l’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) Henri Bucher est le premier institut médico-social de la région Nouvelle Aquitaine à devenir autonome sur le plan énergétique. Cette politique va d’ailleurs lui permettre de réaliser cette année 50 000 € d’économies sur sa facture. Pour en arriver là, la structure a, en début d’année dernière, mis en place une chaîne complète de recyclage de ses déchets d’espaces verts, de menuiserie et de palettes de bois. Grâce au broyage, les déchets sont transformés en plaquettes de bois destinées à alimenter les deux chaudières bois et masse installées au sein de l’ESAT. L’établissement s’est également doté de trois broyeurs professionnels et a construit des bâtiments de stockage et de séchage pour un investissement total de plus de 500 000 €. « Aujourd’hui, grâce à nos propres déchets, nous réalisons 500 m3 de plaquettes ce qui est suffisant pour chauffer l’ensemble », se félicite Claude Poggioli, le directeur.

Pour aller encore plus loin, l’établissement a entrepris de démarcher les entreprises et collectivités locales afin de récupérer leurs déchets de bois. « Tout le monde s’y retrouve, souligne le directeur. Nos partenaires se voient déchargés des coûts relatifs au traitement de leurs déchets. Et nous, nous avons de la matière première. » L’objectif est de parvenir à générer, dans les trois ans, 2 500 m3 de plaquettes afin d’alimenter d’autres structures.

À signaler enfin que le centre va entamer une démarche de certification CBQ + (Chaleur Bois Qualité +) qui lui permettra de devenir officiellement producteur de combustibles bois.

 

Jean-Sébastien Thomas

 

Réagir à cet article

comment-avatar

*