LGV : des mesures anti-bruit très attendues

Depuis le lancement de la LGV, le 2 juillet 2017, les plaintes des riverains contre les nuisances sonores se multiplient tout au long du parcours. Le concessionnaire de la ligne LGV, LISEA, a depuis cet été, lancé le programme annoncé de mesure des nuisances sonores générés par le trafic ferroviaire de cette nouvelle ligne. Le travail a débuté en septembre 2017 après de nombreuses réunions avec les mairies concernées. Il est mené par le CEREMA, organisme indépendant en charge de réaliser les mesures sur le terrain. La campagne observe, en conditions réelles de trafic, l’impact sonore de la ligne et ce, jusqu’au mois de septembre 2018. Pour prendre les mesures, la norme est la suivante : les micros sont posés à 2 m de hauteur et à 2 m de la façade la plus exposée au bruit. L’enregistrement doit se faire sans qu’il y ait de pluie battante et avec un vent inférieur à 20km/h pour ne pas fausser la mesure. Le bruit est mesuré en continu toutes les 125 millisecondes pendant 24h. Ces mesures, une fois analysées, seront communiquées selon les modalités fixées par les communes. Si des écarts sont constatés par rapport aux modélisations faites par LISEA, les situations devront être étudiées au cas par cas. Des murs anti-bruit ou des aménagements devront alors être mis en place afi n de limiter l’impact et en tenant compte des projections de trafic en 2034.

Pour information : La réglementation impose une limite de 60 décibels de jour en moyenne (la moyenne est calculée de 6h à 22h) et de 55 décibels en nocturne (22h – 6h).

Nathalie Michel

Réagir à cet article

comment-avatar

*