L’interdépartemental pour renforcer l’international
Sylvie Marcilly, présidente de l'association Horizon International (3e en partant de la gauche), et les membres du CA, représentant les départements de la Charente et des Deux-Sèvres et la ville de Saintes

L’interdépartemental pour renforcer l’international

Le dispositif « Horizon Chine », lancé en 2012 par le Conseil départemental de la Charente-Maritime s’élargit. Le 26 juin, a été créée à La Rochelle l’association Horizon International, avec le département de la Charente, celui des Deux-Sèvres et la ville de Saintes. La Vienne, la Dordogne, les Pyrénées-Atlantiques, le Grand Angoulême, le Grand Poitiers et la Communauté d’Agglomération de La Rochelle sont en réflexion pour la rejoindre. Outre l’extension géographique, le champ thématique couvert par cette coopération décentralisée est déjà en train de s’ouvrir. Ainsi, la province de Jilin est venue au festival documentaire « Sunny Side of the Doc » en juin. Très présente en Charente, la filière image effectuera à son tour une mission en Chine en septembre. « On va élargir l’horizon », résume Sylvie Marcilly, vice-présidente du conseil départemental de Charente-Maritime, fraîchement élue à la présidence de l’association.

Elle explique qu’« Horizon Chine » a su prendre de l’essor et créer une relation de confiance. 80 entreprises y ont participé. La Nouvelle-Aquitaine exporte assez peu et c’est particulièrement vrai pour les petites entreprises. Souvent, elles n’osent pas franchir le pas. De plus, la Chine est imprégnée d’une culture particulière à connaître, dans laquelle la fidélité, la constance des relations, la confiance et l’amitié sont essentielles. La méthodologie mise en place a permis d’initier sur place des filières qui n’entraient pas dans les habitudes locales : nautisme, activités équestres, thalassothérapie. Une école du cheval « à la française » a ainsi été créée.

Franck Van Cauwenberge, directeur commercial de la coopérative laitière de la Sèvre (à droite) et Emmanuel Rullier, gérant de Cognac Rullier ( )à gauche), ont partagé leur expérience chinoise

Franck Van Cauwenberge, directeur commercial de la coopérative laitière de la Sèvre (à droite) et Emmanuel Rullier, gérant de Cognac Rullier (à gauche), ont partagé leur expérience chinoise

Franck Van Cauwenberge, directeur commercial de la coopérative laitière de la Sèvre à Echiré (79), qui produit du beurre et du fromage de chèvre, explique que l’entreprise, d’abord réticente, a tiré parti de ce programme. Elle a recueilli 140 contacts au salon SIAL 2016 à Shanghaï, et a choisi de n’en retenir qu’un. La première commande est arrivée en avril. Le partenaire s’est déplacé en Deux-Sèvres avec 12 grands comptes, qui ont été impressionnés par le travail à la main et les barattes en bois. Il détache des commerciaux en Chine. Après Shenzen, ce beurre « ultra premium », expédié en avion, est commercialisé à Hong Kong et Shanghaï figure en ligne de mire.

Emmanuel Rullier (Cognac Rullier) a apprécié les formations sur la culture et les attitudes à adopter. Il explique que les chinois qui goûtent le pineau l’adorent et qu’il pourrait trouver sa place auprès des mères de familles à l’heure du goûter des enfants. Notre région a en outre des atouts en termes de nature, de patrimoine, de gastronomie, susceptibles de séduire les Chinois.

L’extension concerne aussi les pays cibles. En 2016, les entreprises agroalimentaires ont été présentes au SIAL de Montréal, opération qui sera reconduite en 2018. Une mission exploratoire agroalimentaire à Oman et aux Emirats Arabes Unis aura lieu en septembre à l’occasion de salons à Dubaï.

Ces différentes opérations sont montées avec Business France, les réseaux diplomatiques et les chambres consulaires.

 

Laurent Kaczmarek

 

Réagir à cet article

comment-avatar

*