Maif Avenir, Sferen Innovation, Covea Next… Les mutuelles investissent dans le numérique
© Nmedia - Fotolia.com

Maif Avenir, Sferen Innovation, Covea Next… Les mutuelles investissent dans le numérique

La mutuelle d’assurance Maif a validé en juin la création d’une SAS Maif Avenir, conçue pour le financement de l’innovation, du numérique et de l’économie collaborative et dotée de 125 millions d’euros. Elle avait auparavant investi dans les plates-formes de partage Koolicar, Blablacar, Ouishare et Guest ToGuest. Une démarche qui s’appuie dans ce cas sur une forte croyance dans le développement de ce type d’économie.

Avec le départ de la Maif, les mutuelles Macif et Matmut se retrouvent seules dans le SGAM (société de groupe d’assurance mutuelle) Sferen. Après réorientation de leur entité commune (une SGAM chapeautant deux autres), elles annoncent début septembre la création d’une structure d’investissement tournée vers la transition numérique et l’assurance (big, data, objets connectés…), y compris s’agissant des nouveaux usages comme l’économie du partage. Dénommée Sferen Innovation, elle a vocation à investir dans des start-up dont les champs de compétences sont connexes aux métiers de l’assurance, afin notamment d’enrichir le service rendu mais aussi sans doute pour améliorer la gestion de ses masses de données. Le premier investissement de Sferen Innovation se porte sur la start-up CBien, qui vise à proposer un service en ligne de gestion et d’inventaire des biens personnels numériques.

Par ailleurs, en décembre dernier, Covéa (qui regroupe Maaf, MMA et GMF) a créé Covéa Next, une SAS chargée d’accompagner des start-up. Elle ne répond pas à un objectif premier de rentabilité mais de proximité avec des sociétés présentant un intérêt pour le métier d’assureur. De son côté, Allianz a créé son « accélérateur » en juin.

Les 3 grandes mutuelles de Niort (Maaf, Maif, Macif) se trouvent ainsi impliquées dans des structures de financement de la mutation digitale et de l’économie du partage. Pour expliquer leur intérêt pour les « jeunes pousses », elles évoquent notamment des objectifs d’agilité face à un monde en transformation rapide.

 

Laurent Kaczmarek

 

 

Principales sources utilisées :

Argus de l’Assurance, Les Echos, La Tribune

Réagir à cet article

comment-avatar

*