Le marketing digital : Une nouvelle galaxie
© Vege - Fotolia

Le marketing digital : Une nouvelle galaxie

> Big data… ou le concept des cinq V

> Inbound marketing ou marketing entrant

> GPS pour réseaux sociaux

> Les cookies : des traceurs intelligents

> Les agences webmarketing dans la région

 

Big Data, web services, cookies, Inbound marketing, CRM… Pour les non-initiés, le concept de marketing digital n’est pas toujours limpide : technologies complexes, supports variés, nouveaux métiers, stratégies nouvelles… Bienvenue dans la galaxie.

Le Marketing Digital ou Marketing numérique désigne l’ensemble des méthodes et actions marketing qui utilisent les supports et canaux numériques tels que ordinateur, tablette, smartphone, GPS, télévision, radio.

 

La galaxie digitale se compose de 5 planètes :

Le e-Commerce et son approche de plus en plus personnalisée via une page d’accueil et une sélection de produits en fonction des profils clients. Ex. : les pure-players comme Amazon, PriceMinister, Rue Du Commerce…

Le « contact direct » qui rassemble l’e-mailing et les newsletters, souvent assortis d’outils de segmentation qui adaptent les envois selon des stratégies précises.

Le « POEM » qui désigne les différents types d’exposition numériques auxquels peut adhérer l’entreprise pour toucher les consommateurs : Paid Media pour la publicité payante, Owned pour les supports possédés par la marque, Earned pour les conversations et contenus générés par les internautes.

Le « Contenu de marque » regroupe les blogs et le site corporatif de la marque.

Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube…

 

Big data… ou le concept des cinq V

Pour Bertrand Bathelot, spécialiste du marketing digital et rédacteur du site definitions-marketing.com : « La notion de big data est un concept qui s’est popularisé en 2012 pour traduire le fait que les entreprises sont confrontées à des volumes de données (data) à traiter de plus en plus considérables et présentant un fort enjeu commercial et marketing ».

Si la notion de big data n’est pas propre au marketing, le fort développement du commerce électronique, du marketing digital, du marché des objets connectés et des pratiques de géolocalisation l’ont placé sur le devant de la scène. Aujourd’hui, les données informatiques sont clairement considérées comme la matière première de demain.

 

Les 5 V du big data

Volume pour l’immense masses de données traitées par les entreprises : données produites en interne mais aussi par les internautes lors de toutes les interactions : site web, e-commerce, réseaux sociaux, forum…, sans compter l’ouverture de données publiques ou privées.

Vitesse car la collecte, l’analyse et l’exploitation des données se fait quasiment en temps réel. Ce qui permet d’intégrer des flux de données (streaming) et de les mettre en perspective pour les interpréter.

Variété car les données sont de formes très variées : bases de données, données de gestion… et pas toujours structurées : images, données relatives aux forum, aux réseaux sociaux…

Véracité : la précision et la valeur des données collectées ne sont pas d’égales valeurs. Le Pôle numérique de la CCI de Bordeaux le rappelle : « La multiplicité et l’hétérogénéité des sources ne font qu’amplifier la nécessité d’une grande rigueur dans l’organisation de la collecte et le recoupement des informations pour lever l’incertitude des données introduites dans les modèles mais aussi pour respecter la cadre légal et l’intégrité des données ». Des solutions existent grâce aux algorithmes statistiques.

Valeur : La démarche Big Data n’a de sens que pour atteindre des objectifs stratégiques de création de valeur pour les clients et pour l’entreprise.

 

Le big data : Un puits d’opportunités… sans fond

Jusqu’à présent, seule une infime partie des données : informations clients, processus de maintenance, statistiques… étaient exploitées par les entreprises. Aujourd’hui, le big data permet de démultiplier leurs ventes, leurs marchés, leurs portefeuille clients, et de créer de nouvelles offres sachant que certains leviers de croissance seront découverts avec l’usage. Pour Didier Gaultier, Directeur de l’offre Connaissance Client chez Business & Décisions interrogé par conseilsmarketing.com : « Aujourd’hui, la démarche Big data permet de collecter, de stocker, et d’analyser toutes ces données à des coûts nettement plus raisonnables qu’avant grâce à de nouvelles technologies de stockage et surtout d’analyse, via les algorithmes statistiques ».

 

Pour quels enjeux marketing ?

Il s’agit aujourd’hui : « de mettre en place et de piloter une vision 360° sur l’ensemble des canaux et des points d’interaction avec le client ». C’est à dire mettre le client au coeur de l’organisation des processus marketing et opérationnels de l’entreprise via des solutions prédictives.

Les solutions big data permettent d’envoyer la bonne offre, au bon moment, au bon client, par le bon canal, avec le bon message : un rêve jusque là inatteignable pour le meilleur des marketeurs. Sans compter l’impact positif sur la façon dont est perçue l’entreprise par le client visé (e-réputation).

Didier Gaultier est sûr de lui : « Le big Data est un virage pour les entreprises au moins aussi important qu’Internet en son temps. Celles qui ne s’y mettent pas dès maintenant risquent de se faire dépasser par la concurrence. Il vaut mieux démarrer un projet même modeste rapidement plutôt que d’attendre que les technologies et les méthodes se stabilisent car alors il sera trop tard ! ».

Inbound marketing ou marketing entrant

L’inbound marketing désigne une technique qui vise à attirer les clients vers l’entreprise via la création de contenu sur son site internet… plutôt que d’aller les chercher avec de la publicité de masse ou l’achat de bases de contacts. Le principe consiste à s’appuyer sur les besoins de la cible en termes d’informations et de contenus pour générer des visites et des contacts commerciaux plus ou moins qualifiés (leads).

L’inbound marketing s’oppose ainsi au push marketing qui vise à imposer l’entreprise et ses produits via les techniques habituelles de publicité et de promotion.

 

Marketing digital, agences webmarketing en Poitou-Charentes, Limousin, Vendée. © Arpad Nagy-Bagoly - Fotolia

© Arpad Nagy-Bagoly – Fotolia

 

Un processus en 4 étapes

1) Générer du trafic avec un contenu adapté, utile ou futile

Pour Bertrand Barbet, rédacteur chez Limber, plateforme d’automatisation marketing de contenu & de gestion : « Sans un contenu à forte valeur ajoutée, vous ne pourrez pas attirer vos prospects. Vous devez leur montrer que vous êtes un expert. Vous devez les informer, les rassurer, les convaincre… ». Ces contenus seront adaptés selon les cibles et les étapes de leur parcours : découverte, prise en considération, décision. L’objectif est aussi de communiquer là où les prospects se trouvent : blog, réseaux sociaux, forum de consommateurs…

2) Transformer le visiteur en prospect

Il convient d’entretenir l’intérêt des internautes et de les convertir en prospects identifiés via des techniques diverses.

3) Convertir le prospect en client

Par des offres ciblées, personnalisées et adressées au bon moment.

4) Analyser la performance

Avec trois types d’indicateurs :

• mesure du trafic généré (taux de clics),

• ratios de conversion,

• retour sur investissement.

Aujourd’hui, plus de 60% des grandes directions marketing ont adopté des stratégies d’inbound marketing et les budgets alloués à cette stratégie ont augmenté de 50% par an lors de ces trois dernières années.

 

Le rôle du community manager

Pour l’APEC, le Community manager (ou animateur de communautés web) « a pour mission de fédérer les internautes via les réseaux sociaux autour de pôles d’intérêts communs : marque, produits, valeurs, d’animer puis de faire respecter les règles éthiques des communautés ».

En entreprise, le community manager assure la notoriété de la marque sur les différents médias sociaux, forums et blogs.

En agence de communication ou en Agence web, il occupe plutôt une mission de chef de projet et assure l’animation de la communauté de bloggeurs sur des supports de type Youtube ou Dailymotion.

 

Parmi les missions du Community Manager:

• Rédiger ou relayer des contenus permettant le développement de la visibilité de la marque et des ventes,

• Lancer des sujets permettant de susciter le débat ou le partage d’expériences, de pratiques entre les internautes/consommateurs.

• Faire du recrutement en ligne : partenariats, parrainage, campagne d’e-mailing…

• Recenser les communautés pouvant influer sur le positionnement de la marque : bloggeurs, forums de discussion…

• Animer les différents comptes de l’entreprise : corporate, professionnel, communautaire, marchand…

• Veiller à la nature des réponses et des critiques apportées à la marque ou au produit afin de pouvoir les exploiter,

• Assurer la fidélisation des internautes via des évènements on-line : newsletter, jeux concours…

• Analyser le buzz marketing et suivre l’image de la marque : analyse d’images, de contenu…

GPS pour réseaux sociaux

En décembre 2015, le site Webmarketing Conseil proposait une liste de plus de 100 réseaux sociaux dépassant le million d’utilisateurs. Panorama des plus connus :

 

Les réseaux sociaux généralistes

Facebook : le plus large réseau social au monde pour les particuliers mais aussi pour les entreprises qui peuvent y trouver des solutions pour toucher leurs clients.

Twitter : centré sur un réseau d’amis proches, à la différence de Facebook, il permet de partager des messages courts limités à 140 caractères. Beaucoup l’utilisent comme un « chat » public pour intéragir avec des entreprises, des marques, des médias et certains s’en servent comme d’un outil de promotion.

Google+ est un service à mi-chemin entre Facebook et Twitter qui permet de communiquer avec ses proches en limitant la visibilité des messages grâce aux « cercles ». Les pages entreprises permettent aux marques de communiquer vers leurs clients.

Tumblr est une plateforme permettant de publier des textes, citations, liens, photos, sons et vidéos de manière ultra-simple sans passer par la création d’un blog mais avec des possibilités de customisation de la page.

Medium est un réseau social pour les écrivains, les experts et les penseurs qui peuvent ainsi être publiés dans des « collections » classées par thème et au sein desquels chacun peut venir collaborer et enrichir le flux de nouvelles.

 

Les réseaux sociaux professionnels

Linkedin, le plus grand réseau mondial (340 millions de membres dont 8 millions en France), permet de valoriser ses compétences et de se connecter avec un réseau : amis, collègues, partenaires, clients. Incontournable pour recruter à l’international.

Viadeo, (+ de 60 millions de membres dont 9 millions en France) permet de réseauter, rechercher un emploi, mettre en valeur ses compétences, recruter… sur un plan national, voire local.

 

Les réseaux sociaux vidéo

Youtube est la plus grande plateforme pour regarder et partager des vidéos en ligne.

Dailymotion est le site frenchie, concurrent de Youtube.

Wat.tv est une plateforme d’hébergement et de streaming vidéo.

Vine est une application mobile permettant de créer puis de partager des vidéos de moins de 6 secondes avec son téléphone ou sa tablette.

Periscope, Blab, Keek ou Meerka sont des applications mobiles permettant de diffuser des vidéos en live.

Mixbit permet de d’enregistrer, retoucher, monter et partager des vidéos d’une durée d’1 heure, à partir d’un mobile.

 

Les réseaux sociaux « photos » ou géolocalisés

Flickr permet de stocker et de partager ses photos tout en surfant à travers l’immense stock d’images du site. Instagram est une application mobile permettant de retoucher les photos puis de les partager avec ses amis. Waze est une application de GPS collaboratif qui, grâce à ses millions d’utilisateurs, est mise à jour en temps réel afin de définir le trajet le plus adapté en évitant embouteillages, intempéries, accidents de la circulation et même les radars.

Les cookies : Des traceurs intelligents

Selon definitionsmarketing.fr « un cookie est un petit fichier texte au format alphanumérique déposé sur le disque dur de l’internaute par le serveur du site visité ou par un serveur tiers : régie publicitaire, service de web analytique… ».

Sur le plan pratique, un cookie permet de reconnaitre un visiteur lorsqu’il revient sur un site web. C’est aussi grâce aux cookies qu’il est possible d’accéder automatiquement à des pages personnalisées sans s’identifier, d’identifier des revisites, de stocker le contenu d’un panier d’achat ou de pratiquer le retargeting.

 

Le retargeting est une pratique publicitaire qui consiste à cibler un internaute qui a visité un site, sans qu’il y ait eu achat ou transformation lors de cette visite. Ce procédé est surtout mis en oeuvre par les acteurs du e-commerce : « un individu ayant consulté une ou plusieurs fiches produit sans passer à l’achat est ensuite exposé, lors de sa navigation Internet, à des créations publicitaires mettant en avant le ou les produits initialement consultés ».

 

Un cookie ne permet une identification nominative que si l’internaute s’est préalablement enregistré sur le site. D’ailleurs, son usage soulève des questions juridiques et déontologiques et fait l’objet d’obligations par la CNIL.

 

Comment fonctionnent les cookies publicitaires ?

Les cookies publicitaires enregistrent des informations sur la navigation des internautes et peuvent en déduire leurs centres d’intérêts. Ce qui permet ensuite de personnaliser la publicité qui apparaitra sur l’écran. Idem pour les boutons de partage des réseaux sociaux : « J’aime « de Facebook, « +1 » de Google…

 

Qui peut déposer des cookies et y accéder ?

En principe, un site internet peut uniquement déposer et relire les cookies qui lui appartiennent. Mais, selon la CNIL, « Il faut être conscient qu’une page sur internet contient souvent des informations issues de différents sites, notamment via les bandeaux publicitaires. De ce fait, des cookies peuvent être déposés et relus par des sites autres que celui auquel vous accédez directement ».

 

Que dit la loi sur les cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir le consentement de l’internaute avant de déposer des cookies. Exemple : « En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêt (ou réaliser des statistiques de visites) » ou « En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies ».

Les agences webmarketing dans la région

Les agences webmarketing ont un champ d’actions plus ou moins larges qui vont de l’audit à la stratégie en passant par la création de site, le développement du réseau d’affiliation, la gestion des liens sponsorisés, le référencement payant, le référencement naturel, le web analytics & la mesure d’audience, les réseaux sociaux, l’e-mailing…

Liste non exhaustive de partenaires Web en régions Poitou-Charentes, Vendée, Limousin et Aquitaine nord :

 

Agences webmarketing en Poitou-Charentes

16

– A2i Informatique – Pleiade – Actunet – Tdi Services – Avris International – Xelacom – D X Communication – Zookmedia – Ozanges – Zagoria – Idealcom – Igs-cp – Les Explorateurs – Quadrim

 

17

– Axess-net – Cerealog – Conexi – Diagraphe – France Atlantique – Net France – PixelPerfect – Peuplades – Montgomery Ouest – RC2C – Symaps – T3a Internet – Visamédia – Web Stategy

 

79

– Asteur – Esv Production – Marcireau – Mediaclic – Cie Hyperactive – Projet Atlantique – Stanlowa – Syntaxe

 

86

– Actisens – Atelier Du Web – Blue Com – Cyberscope – Chromagraphics – Comint – EZ-Com Site – Iroko – Hippocampe Studio – Lnet Multimedia – MBA – Maltiercom – PCL – Merovee – Miloctav – Net Et Presse-I – Net stratège – Rom Concept – Vibrato

 

Le réSeau des Professionnels du Numérique (SPN) rassemble plus de 120 entreprises en Poitou-Charentes. Créé en 2001 à l’initiative d’une dizaine de chefs d’entreprises sur l’axe Poitiers-Futuroscope-Châtellerault, le réseau s’est agrandi au fil des ans, jusqu’à se régionaliser en 2007 pour représenter la filière numérique de la région.

L’une de ses missions consiste à aider les entreprises régionales à identifier dans quelle mesure le numérique peut être un facteur de développement et d’innovation pour leur activité.

 

Agences webmarketing en Vendée

– Agence 404 La Roche/Yon – Artdeline La Roche/Yon – Naviciel Les Herbiers – Factor’It La Roche/Yon – Graphnet Les Herbiers – Herweb La Roche/Yon – Ndefree Fontenay-le-Comte – Horanet La Roche/Yon – K pool Les Sables – Ideclick La Roche/Yon – ATC Challans – Info Réseaux La Roche – Espace Technol- Challans – Label Ntic La Roche/Yon – Niprut-com Challans

 

Agences webmarketing à Limoges

– Assilog – Madmolf – BSI Limoges – Netlimcom – Euralliance’s – Point Carré Communication – Groupe Reflect – Internet Consultant – Imaginance – Iris Média Productions – Svplim-com – Tendance Web

 

Agences webmarketing à Bordeaux

– Alienor – La Compagnie Hyperactive – Atelier 51 – Kaizen Marketing – Atlan-tic – Absolute Référencement- Clever Age – La Grosse Agence – Agence WWW – The Kub Communication – Definima – Mango Tango – Idewan – Octopepper – Inoxia – Ohmyweb – Moonda – Stjohn’s – Pixelus – WA Agency – Web Futur – Web Compagnie – Webperfect – Web Strategie

 

 

Yves Guérin

 

Principales sources utilisées :

Réagir à cet article

comment-avatar

*