Mise en service du nouveau train à hydrogène d’Alstom

Dans un contexte de réchauffement climatique planétaire et de transition énergétique, le train révolutionnaire d’Alstom tombe à pic. Actuellement, 48% du réseau ferroviaire européen est non électrifié et fonctionne au diesel.

Présenté en septembre 2016 lors du salon Innotrans de Berlin en Allemagne, l’innovation écologique du fabricant Français n’émet aucun gaz à effet de serre, juste de la vapeur d’eau. Baptisé Coradia iLint, ce train hi-tech bleu roule grâce à des piles à combustible à hydrogène. Deux réservoirs pressurisés placés sur son toit fournissent l’alimentation électrique au moteur par la réaction chimique entre l’hydrogène et l’oxygène présent dans l’air. Le train 100% écolo peut parcourir 1 000 kilomètres avec un plein et transporter 300 passagers. Il atteint une vitesse maximale de 140km/h tout en silence.

Ce premier exemplaire est destiné à un autre pays. En effet, Alstom a signé un contrat de 200 millions d’euros avec un groupe allemand pour fournir quatorze Coradia iLindt d’ici 2021. Ce montant inclus un entretien des trains pendant trente ans. Plusieurs nouveaux länder allemands devraient commander une soixantaine de Coradia à Alstom et d’autres pays européens y pensent fortement. Pour rivaliser face à son concurrent Chinois CRCC (China Railway Rolling Stock Corporation), le pionnier du transport ferroviaire régional a fusionné avec l’Allemand Siemens en septembre dernier. Alstom pense maintenant a développé la production d’hydrogène sur place par électrolyse et au moyen d’énergie éolienne.

Emilie Hillairet

Réagir à cet article

comment-avatar

*