Un plastique végétal 100% dégradable et charentais !

Environ 20 millions de tonnes de déchets en plastique à base de pétrole sont jetés chaque année dans la nature, soit 22 000 tonnes chaque jour. Ce matériau représente un véritable fléau pour l’environnement, contaminant les eaux et tuant des milliers d’animaux comme les oiseaux ou les mammifères marins.

Des innovations écologiques commencent à voir le jour. Un sac biodégradable à base de manioc a déjà été inventé par un indonésien. Cette fois-ci, il s’agit d’un ingénieur Français et plus précisément de Saintes. Nicolas Moufflet, 41 ans, vient de créer un procédé breveté et secret unique au monde pour son plastique à base de granulés de bagasse, un déchet de la canne à sucre aux propriétés étonnantes. L’innovation a déjà valu plusieurs prix à l’entrepreneur. La « Vegan bottle », composée de bioplastique 100% biodégradable au bout de 90 jours, garde le même aspect rigide. Seul bémol : sa perméabilité. En effet, la durée de vie de un mois reste à améliorer. Son prix est également de 30% plus élevé qu’un plastique classique.

La société de Nicolas Moufflet, Lyspackaging, qu’il a fondé en 2015 bénéficie dores et déjà d’une nouvelle adresse et d’un site de production cinq fois plus grand. Cette révolution attire déjà de grands industriels. Les commandes commencent à affluer. L’entreprise devrait franchir la barre des deux millions de bouteilles végétales produites cette année (dont 100 000 pour le Palais de Tokyo à Paris), ce qui permettra à son dirigeant de dépasser ses objectifs.

De nouveaux coproduits naturels sont à l’étude avec d’autres composants comme les noyaux d’olive, les roseaux, les pépins de raisins, les coquilles de crustacés… L’ingénieur charentais rêve d’une filière qui valoriserait mieux les déchets verts.

Emilie Hillairet

Réagir à cet article

comment-avatar

*