Une politique économique offensive pour la Région Pays-de-la-Loire

La Région Pays-de-la-Loire présidée par Bruno Retailleau a adopté le 16 décembre son budget primitif, marqué par des économies de fonctionnement et une réduction de l’endettement. Elle a aussi présenté sa nouvelle stratégie économique visant à « créer les conditions (…) de la compétitivité des entreprises ».

L’accès aux financements sera simplifié. Un dispositif conseil unique sera créé, Pays de la Loire Conseil. Les aides dont l’efficacité n’est pas avérée sont supprimées. On note un recours aux avances remboursables plutôt qu’aux subventions. Le soutien aux entreprises se fera sur une base plus contractuelle. Les entreprise seront accompagnées dans les grandes mutations (numérique, énergie et économie circulaire) et pour faire face aux nouveaux modes de consommation (économie du partage, économie collaborative…). Le soutien à l’international concernera des marchés ciblés.

Les PME sont particulièrement visées. Il s’agit de les tourner vers le futur et de faciliter leur accès aux grandes infrastructures d’innovation, dont l’environnement sera simplifié et rationnalisé. La Région propose une ambition « Pays de la Loire Manufacturing » pour appuyer la dynamique des pôles d’excellence, apporter du conseil et adapter les compétences métiers. En mars, sa première déclinaison sera un plan industriel pour les PME du futur, avec un volet robotique et cobotique et un volet formation. Un dispositif spécifique accompagnera les PME à fort potentiel.

Les Pays-de-la-Loire ont aussi adopté leur feuille de route pour la transition énergétique, leur stratégie agri-alimentaire partagée et l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence des transports régionaux.

 

Laurent Kaczmarek

 

Principales sources utilisées :

Communiqués de presse

Réagir à cet article

comment-avatar

*