Le Port Atlantique La Rochelle confirme sa dynamique
Michel Puyrazat, Président du Directoire de Port Atlantique La Rochelle

Le Port Atlantique La Rochelle confirme sa dynamique

Avec un trafic global de 9,401 Mt en 2014, le Port Atlantique La Rochelle, spécialisé dans les vracs, fait face à un léger fléchissement (-3 %), après une année 2013 exceptionnelle (+ 16%). Le Président du Directoire Michel Puyrazat déclare ce tonnage, le 2e meilleur enregistré, « en phase avec le projet 2009-2015 », qui a vu une forte croissance du trafic, lequel était encore inférieur à 7 Mt en 2005. Les principales places concurrentes hexagonales ne disposent pas d’une telle dynamique et marquent généralement un recul plus accentué en 2014.

Les céréales (45 % de l’activité du port) accusent une légère baisse de 2,2%, à 4,276 Mt, après +32% en 2013, en raison d’une excellente récolte. Le recul de 7% des produits pétroliers (28% du trafic total) s’explique par deux hivers cléments.

La part des marchandises transportées par le fer atteint 14% du trafic, avec un volume en progression de 93% en huit ans. Le tonnage du récent opérateur ferroviaire OFP Atlantique croît de 41% sur an. De cette manière, le port se positionne sur les services logistiques multimodaux.

L’investissement poursuivi

Xavier Beulin évoque le trafic 2014 et le projet stratégique du port atlantique La Rochelle

Xavier Beulin, Président du Conseil de Surveillance

Avec 16,5 M€, le montant des investissements 2014 du port de commerce rochelais atteint son 2e niveau le plus élevé. Symboliquement, il installera en mars en mars son siège dans une nouvelle Maison ouverte sur le quartier de La Pallice. Document fondamental, le projet stratégique 2014-2019 du Port Atlantique, en cours de validation, a été élaboré suite à une vaste concertation avec les parties prenantes, au travers d’ateliers. Il traduit une consolidation, alors que l’organisation de l’institution a été bouleversée ces dernières années, avec par exemple le transfert à des entreprises de manutention de l’exploitation des outillages. Parmi les investissements programmés : second quai de l’Anse Saint-Marc (qui devrait être livré en 2016), réaménagement de Chef de Baie et terminal 4, équipement du polder de la Repentie… Les crédits mentionnés au CPER, qui sera signé prochainement, se montent à 50,2 M€, dont 22 M€ de cofinancement de l’Etat et des collectivités locales.

Signe de son dynamisme managérial, le port a obtenu en 2014 la triple certification Qualité, Sécurité, Environnement. Dans le cadre d’une diversification stratégique, il développe son Pôle de Réparation et de Construction Navale. Et pour garder une longueur d’avance dans la démarche « verte », l’Union Maritime rochelaise étudie l’électrification des postes à quai et du parc automobile.

 

Laurent Kaczmarek

Réagir à cet article

comment-avatar

*