Régions : Après les impayés du Poitou-Charentes, le demi-milliard de dette cachée des Pays de la Loire
© Lightboxx - Fotolia

Régions : Après les impayés du Poitou-Charentes, le demi-milliard de dette cachée des Pays de la Loire

Régions : Après les impayés du Poitou-Charentes, le demi-milliard de dette cachée des Pays de la Loire 5.00/5 (100.00%) 1 vote

Nouveau scandale politique en Pays de la Loire, après les révélations d’Alain Rousset concernant les finances de l’ancienne Région Poitou-Charentes.

Le 22 février, Alain Rousset, nouveau président (PS) de la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, dénonçait 132 millions d’euros d’impayés de l’ex-Poitou-Charentes, dont 62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement. Il annonçait que 46 millions d’euros venaient d’être payés par la grande Région, alors qu’un certain nombre d’entreprises alertaient sur la situation. Il révélait aussi 130 millions d’euros d’emprunts structurés « toxiques » en Poitou-Charentes. Pour Alain Rousset, l’ancienne région « manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement ». On pense notamment aux politiques d’aides publiques aux entreprises et aux particuliers.

Alain Rousset a relevé de ses fonctions le directeur financier du Poitou-Charentes, tandis que Jean-François Macaire, a abandonné sa délégation aux finances dans l’exécutif « ALPC », ainsi que, temporairement, son indemnité de vice-président, tout en conservant le titre. L’ancien Président invoque un décalage de paiements « équivalent à 10 semaines de trésorerie », « à moduler par l’excédent de fonctionnement sur 2015, de l’ordre de 50 M€ ».

Le 26 février, Bruno Retailleau, nouveau président (Les Républicains) de la Région Pays de la Loire dénonce un demi-milliard d’euros de dette cachée laissée par l’ancienne majorité, constatée à la suite d’un audit budgétaire qu’il a diligenté. Il reconnaît qu’il avait connaissance d’un « héritage financier extrêmement dégradé », avec une « dette de 1,4 milliard d’euros et des restes à payer dans les prochaines années de 2,2 milliards d’euros ». Il évoque aussi le quadruplement de l’emprunt en 5 ans.

« J’ai (…) découvert avec stupéfaction », déclare-t-il, « que la situation était encore pire que ce que j’imaginais, avec un demi-milliard d’euros de dette cachée.  Il s’agit d’engagements de la précédente majorité qui sciemment n’a pas budgété la totalité des montants correspondants à ces annonces. Concrètement, il s’agit d’une étrange pratique de l’ancienne majorité qui consistait à ne pas faire voter les élus sur la totalité des autorisations de programme relatives à une opération d’investissement », évoquant la plupart des dernières constructions des lycées.

Selon lui, fin décembre 2015, près de 85 millions de paiements étaient en souffrance, faute de crédits suffisants.

Bruno Retailleau annonce la poursuite des investigations du cabinet d’audit, ainsi qu’une « opération vérité sur les comptes du Conseil régional, afin de pouvoir construire un budget qui soit à nouveau sérieux et crédible », permettant de dégager les marges de manœuvre nécessaires à la mise en œuvre de son projet.

Les deux nouveaux Présidents de régions règlent ainsi leurs comptes avec leurs prédécesseurs.

 

Laurent Kaczmarek

 

Principales sources utilisées :

Communiqués de presse, Actuflux, Sud Ouest, Nouvelle République

Réagir à cet article

comment-avatar

*