33 – Gironde, Technologies,

La Robocup à Bordeaux en 2020 ?

La Robocup à Bordeaux en 2020 ? 5.00/5 (100.00%) 2 votes

Avec la seule équipe française engagée dans la ligue de Football humanoïde, Bordeaux a attiré l’attention sur elle. Champions du Monde 2016, les robots footballeurs bordelais ont confirmé leur performance au Japon en juillet 2017. Il n’en fallait pas moins pour convaincre Bordeaux Métropole, en étroite collaboration avec la Région Aquitaine, de se porter candidate à l’organisation de la prochaine Robocup en 2020. Après Montréal en 2018 et Sydney en 2019, c’est au tour du continent européen d’organiser l’événement en 2020 et il semble que la France avec sa capitale girondine ait toutes ses chances… La Robocup représente 45 pays, 450 équipes de robots footballeurs, 3500 participants et plus de 40 000 visiteurs. Le potentiel de retombées envisagé est de 7 à 15 millions d’euros pour un coût d’organisation de deux millions : une manne alléchante pour l’hôtellerie et la restauration de Bordeaux.

La région Nouvelle Aquitaine assoit la légitimité de sa candidature sur sa position de leader en matière de « cobotique » : elle est une référence sur la conception de robots collaboratifs. Ces robots viennent assister les humains dans l’exécution de tâches pénibles en aidant les salariés dans le transport des charges lourdes par exemple. Un important travail reste à faire pour remporter la décision. Non le moindre : réussir à faire émerger de nouvelles équipes françaises susceptibles de participer à la compétition dans les différentes catégories. Pour cela, une délégation importante d’acteurs de la Nouvelle Aquitaine était présente au village robotique du Salon Européen de l’Education à Paris, du 17 au 19 novembre. L’opportunité de toucher le jeune public et des élèves, avec le concours de leurs professeurs, dans des projets de conception et construction de robot en leur permettant de développer leurs compétences techniques. Une autre façon de susciter des vocations qui répondront sans doute aux enjeux de recrutement de la filière robotique…

Nathalie Michel

Réagir à cet article

comment-avatar

*