Territoire

 

Manque de candidats à l’apprentissage

Le CFA de Blanquefort, spécialisé dans les métiers du BTP, déplore le manque de candidats à ces formations en alternance alors que 150 entreprises partenaires de l’établissement cherchent encore un apprenti. Même constat à Lormont (CFA Domotique, électroménager, installation de fibres optique).

Alors qu’il existe une vraie demande de la part de ces entreprises et que l’offre de formation en alternance se développe, la voie professionnelle garde une image souvent peu valorisante. Offrant de meilleures conditions désormais, ces filières offrent de réels débouchés avec un taux d’insertion professionnelle de 70% à 85% à l’issue des formations. Brevet professionnel, CAP en alternance ouvrent aujourd’hui des opportunités ainsi que de vrais développement de carrières.

Ces formations sont particulièrement attractives pour les entreprises. Ayant la possibilité de former un futur salarié selon leurs exigences, elles, grands groupes comme TPE de l’artisanat, bénéficient d’aides à l’embauche de l’Etat et de la Région avec une exonération de charges patronales et salariales. Le salaire brut versé par l’employeur correspond au salaire net touché par l’apprenti.

Celui-ci, étant formé directement dans l’Entreprise, bénéficie automatiquement d’un privilège à l’embauche lorsque les deux parties sont satisfaites de leur collaboration ce qui explique les taux élevés d’entrée directe dans le monde du travail, véritable preuve de l’efficacité et de la qualité de ces cursus. Il ne reste plus qu’à convaincre les jeunes et leurs parents…

 

Nathalie Michel

Réagir à cet article

comment-avatar

*