Territoire

Le Pinel du Grand Angoulême prolongé en 2017

« Nous nous sommes battus avec les constructeurs locaux pour être éligible au Pinel. Un enjeu fondamental pour redensifier nos centres-villes, éviter la fermeture des commerces de proximité, reconquérir nos logements vacants et indignes, et redonner de l’activité à nos professionnels du bâtiment ». Jean-François Dauré, président du Grand Angoulême (Charente), s’est félicité, le 21 juin dernier, que ce dispositif soit reconduit sur le territoire jusqu’à la fin de l’année 2017. Il faut dire que la mesure a rencontré un franc succès avec 175 dossiers validés en l’espace d’un an et 175 autres logements remis sur le marché. En effet, dans le cadre de sa « charte Pinel » et afin de coller à son plan local de l’habitat (PLH), le territoire s’est engagé à ce qu’un logement ancien soit réhabilité pour chaque habitation neuve construite en défiscalisation. Plusieurs critères doivent néanmoins être respectés concernant les rénovations : encadrement des loyers, performance thermique ou encore obligation de réaliser de grands logements individuels. Pour les élus, si cette mesure doit favoriser le réinvestissement dans l’ancien, elle va permettre également de répondre à la carence d’offres en logements familiaux, d’éviter la fuite des investisseurs locaux et de favoriser les circuits courts.

Par ailleurs, la communauté d’agglomération a annoncé le lancement de « Coup de pouce à la sortie de la vacance ». Ce nouveau dispositif incitatif de réinvestissement dans le parc ancien s’inscrit dans le PLH communautaire. Ainsi, la collectivité et ses partenaires proposent de financer jusqu’à 80 % l’acquisition d’un immeuble, daté d’avant 1948 et vacant depuis longtemps. Pour être éligible, le programme devra comporter une partie rénovation de logements et une seconde relative au ravalement de la façade.

 

Jean-Sébastien Thomas

Réagir à cet article

comment-avatar

*