Le tri se robotise à Chermignac

L’arrivée de Rob’inn n’est pas passée inaperçue dans le monde du tri des déchets. En effet, le 20 octobre dernier, Cyclade, Syndicat Mixte de gestion des déchets du Nord de la Charente-Maritime, et Véolia ont inauguré ce dispositif de tri semi-robotisé sur le centre de valorisation des déchets de Chermignac.

Unique en France, ce système est équipé d’un bras robotisé et d’une pince adaptée aux déchets d’éléments d’ameublement. Il permet le tri et la valorisation du bois, des plastiques, des éléments rembourrés et de la ferraille. Grâce à une technologie de télé-opération, l’opérateur désigne sur un écran tactile les parties à retirer du flux. Une fois les objets désignés, leur extraction est entièrement automatisée. Le technicien oriente ensuite les objets vers les goulottes spécifiques à chaque matière. Au final, l’automatisation du procédé permet de multiplier par trois le débit de tri de ce type de déchets par rapport au tri à la pelle mécanique habituellement utilisée. Les taux de valorisation sont importants puisqu’ils atteignent 95 % des déchets triés. Ces derniers sont ensuite acheminés vers les filières de l’éco-organisme Eco-Mobilier qui leur offre une seconde vite sous forme de nouveaux meubles, notamment. Cet outil est également source de confort et de sécurité pour les agents. En effet, grâce à son ergonomie de travail, Rob’inn diminue les troubles musculo-squelettiques et supprime les risques de collision ou d’écrasement dus aux engins d’exploitation.

Un centre à la pointe

Depuis son transfert au syndicat mixte en 2012, le site de Chermignac a bénéficié d’une enveloppe d’investissements de l’ordre de 2,5 millions d’euros. Les élus de Cyclade ont souhaité faire de ce lieu l’outil de leur politique de tri et valorisation des déchets, laquelle a été labellisée : territoire zéro gaspillage zéro déchet. Aussi, outre Rob’inn, la modernisation a permis, par exemple, la rénovation de la plate-forme de compostage, la séparation du bois en deux catégories dont une pour alimenter les chaufferies bois du département et l’installation d’une unité de Combustible Solide de Récupération. Chaque année, le centre de 8 ha qui emploie 9 personnes trie et transfère environ 63 000 tonnes de déchets ménagers provenant des 227 300 habitants du nord-est de la Charente-Maritime.

Jean-Sébastien Thomas

Réagir à cet article

comment-avatar

*