Vents porteurs pour les catamarans Fountaine-Pajot

Le chantier nautique Fountaine-Pajot, qui construit des catamarans de luxe à voile et à moteur, surfe sur le succès. Ne comptant pas en rester là, il déploie son plan stratégique « Sail and Power 2020 », qui prévoit une organisation industrielle modernisée, deux nouveautés par an et l’accent mis sur le service client. En septembre, il a ainsi inauguré son nouvel atelier de production de 6 500 m² à Aigrefeuille, où se situe son siège. Représentant 6 M€ d’investissement, il adopte une organisation « en arête de poisson », qui permet de rationnaliser la production et d’augmenter la polyvalence. D’ici 2020, 26 M€ d’investissements sont prévus, dont plus de 15 M€ pour la gamme. 2017 a ainsi vu l’arrivée du My 44 à moteur, primé au salon nautique de Singapour, et du catamaran à voile Saona 47. Lancé en 2016, le Lucia 40, confirme son succès. En ce début d’année, 90 % des ventes globales sont réalisées à l’export.

L’entreprise, créée en 1976, a affiché 70,58 M€ CA en 2015-2016, en progression de 14,5 %. Elle connaît même une croissance de 19,3 % sur le premier semestre 2016-2017, de septembre à février. Elle a ainsi pu attribuer des actions gratuites à tous les salariés, portant sur près de 1% du capital. Avec 60 recrutements récents, l’effectif dépasse 500 salariés.

En 2015, Nextage AM, détenue par la holding de François Pinault, est devenue le 2e actionnaire du groupe.

 

Laurent Kaczmarek

 

Principales sources utilisées :

Communiqués de presse, Actuflux, Sud Ouest

Réagir à cet article

comment-avatar

*